Un atelier Siporex au mois de juillet

Après avoir vu à plusieurs reprises des pierres artificielles utilisées lors de grandes manifestations avec un résultat totalement bluffant, l’idée de travailler ce matériau a fait son chemin au sein de club.
Le matériel de base est le siporex, ou béton cellulaire. Le béton cellulaire existe à l’état naturel sous le nom de Tobermorite mais ses qualités ne permettent pas de l’utiliser tel quel. Le siporex lui est obtenu en mettant en contact un mélange de sable, de chaux, et d’eau sous pression sous forme de vapeur.

Bernard s’est lancé le premier et les résultats obtenus ont motivé Hervé pour organisé un atelier qui s’est déroulé dans le jardin de Serge. Sans attendre la rentrée, et malgré le peu de disponibilité durant les vacances, quelques membres ont tout de même répondu présents : Jacques, Hervé, Benjamin et Bernard, ainsi que Serge qui a également participé.
Tous ont recherché sur internet quelques idées, et au matin, chacun est arrivé avec un bloc adapté aux dimensions du projet final qu’ils ont en tête.  Hervé, le plus ambitieux, a apporté un bloc imposant ! Jacques mettra à profit ses chères mathématiques afin d’effectuer les 1er tracés dans les règles de l’art sur ce qu’on appellera désormais, en toute affection, le « menhir » !
Rapidement, les idées fusent : l’outillage utilisé, restreint au début à la lime électrique, râpe à bois, et  vieux tournevis, se diversifie au fur et à mesure  de la journée  (brosse rotative, grosse mèche pour découper suivant les pointillés, sangle pour fixer les pierres, etc…)

 

Le jardin est par moment bien poussiéreux !
A la fin de la journée, Serge a pratiquement terminé le travail. Benjamin lui s’est arrêté en attente du rempotage de l’hiver prochain pour affiner le tracer avec son arbre sorti du pot. Hervé a bien avancé. Quant à Jacques et Bernard, ils ont encore eu peu de pain sur la planche !

Les finitions ont lieu ultérieurement. Bernard a utilisé de l’encre de chine pour la teinte. Hervé a préféré essayer la peinture acrylique. Noir dans un premier temps, puis un mélange de noir et jaune, pour obtenir des nuances vertes très réussies. Serge n’a pas encore teinté sa pierre.
A voir dans l’avenir, quel procédé résiste le mieux au passage du temps !

 

Serge Benjamin
Bernard avant peinture Avec application d’encre de chine
Hervé avant peinture   Avec peinture noire   Avec nuances

Laisser un commentaire